Menu

Marguerite Bornhauser

Photographe jeune talent du festival Planche(s) Contact 2015

© Marguerite Bornhauser pour Planche(s) Contact 2015

8

" En 1959, après la parution de Bonjour Tristesse, Françoise Sagan pose ses valises sur la côte normande. Elle loue le manoir du Breuil, du 8 juillet au 8 août situé à quelques kilomètres de Deauville, en compagnie de deux amis. Le 7 août au soir ils se rendent au Casino de Deauville. À l'aube, après avoir joué le 8 toute la nuit, Françoise Sagan ressort riche de 80 000 francs. Lorsqu'elle rentre au manoir il est 8 heures du matin, il faut faire l'inventaire avec le pro-priétaire. Fatiguée, elle demande si, par chance, la maison ne serait pas à vendre. Il répond que oui, 80 000 francs, Elle sort les gains de son sac et les tend à l'homme un peu éberlué. C'est ainsi qu'elle fait l'acquisition du manoir qu'elle conservera toute sa vie. Cette série fait écho à cette histoire. Une interprétation libre, une réadaptation visuelle mêlant le Casino et les jeux, Deauville et ses hôtels de luxe, ses habitants de passage, sa vie nocturne et le chiffre 8. "

Marguerite Bornhauser est née en 1989 et vit à Paris.
Son travail a été présenté à plusieurs endroits: sa première exposition personnelle dans une institution était au musée de la photographie européenne à Paris en 2019, elle a également exposé son travail dans les rues de Cincinnati pour le Cincinnati Art museum, à Arles lors du festival de La photographie, à Deauville lors du Festival Planche(s) Contact etc. Marguerite Bornhauser ajoute un travail éditorial à sa recherche photographique. Son premier livre, Plastic Colors, a été sélectionné parmi les finalistes du premier prix du livre Mack en 2015 et publié en 2017. Son livre "8" a été publié par Poursuite en 2018. Elle est sur le point de publier son troisième livre, Red Harvest, en 2019 chez le même éditeur. Elle collabore également avec des magazines et des journaux français et internationaux en tant que photoreporter et photographe de portrait ainsi que photographe de mode.