Chanel célèbre à Deauville le lancement de la collection "Les Eaux de Chanel"

Cette collection inspirée par trois lieux chers à Gabrielle Chanel (Deauville, Biarritz et Venise) a été imaginée par le parfumeur Olivier Polge en collaboration avec le laboratoire de Création et de Développement des Parfums Chanel. Elle a été lancée à Deauville du 4 au 8 juin 2018. La Maison Chanel avait pour ce lancement mondial investi la Villa Les Frémonts à Trouville-sur-mer et la plage de Deauville. Dans ces deux lieux, des décors inspirés par l’univers de Gabrielle Chanel avaient été totalement créés. Des journalistes et influenceurs du monde entier ont été accueillis tout au long de la semaine, amenés depuis Paris par l’Orient Express. La revue de presse du lancement est déjà conséquente et très internationale. Des milliers de citations ont été signalées sur les réseaux sociaux. Deauville, à jamais gravée dans le patrimoine de la Maison Chanel depuis 1913, poursuit son histoire avec la marque au style iconique.

Maison Chanel
Justine Jacquemot
Justine Jacquemot
Maison Chanel

Une fête

Pour fêter ce lancement, de nombreux amis et ambassadrices de la Maison Chanel se sont rassemblés autour d’Olivier Polge , le 7 juin à l’hippodrome de Clairefontaine, parmi lesquels les actrices Yara Shahidi, Alma Jodorowsky, Alessandra Mastronardi, Ella Purnell, l’actrice japonaise Tao Okamoto, l’actrice chinoise Liu Shi Shi, la chanteuse coréenne Jennie Kim et le comédien français Nicolas Maury. La soirée s’est poursuivie tard dans la nuit.

Agrandir

Alessandra Matronardi © Maison Chanel

Alma Jodorowsky © Maison Chanel

Belen Chavanne © Maison Chanel

Ella Purnell © Maison Chanel

Jennie Kim © Maison Chanel

Liu Shi Shi © Maison Chanel

Nicolas Maury © Maison Chanel

Tao Okamoto © Maison Chanel

Yara Shahidi © Maison Chanel

Réduire

Alessandra Matronardi © Maison Chanel

Alma Jodorowsky © Maison Chanel

Belen Chavanne © Maison Chanel

Ella Purnell © Maison Chanel

Jennie Kim © Maison Chanel

Liu Shi Shi © Maison Chanel

Nicolas Maury © Maison Chanel

Tao Okamoto © Maison Chanel

Yara Shahidi © Maison Chanel

Les Eaux de Chanel

Maison Chanel

Les Eaux de Chanel se composent de trois eaux de toilette (Paris-Deauville, Paris-Biarritz et Paris-Venise) qui ont pour territoire commun la fraîcheur des agrumes, mais chacune avec une interprétation qui lui est propre.

Cette collection singulière évoque le train dans lequel on rêvait de monter à la dernière seconde et cette destination qu’il suffit de prononcer pour sentir l’ailleurs sur sa peau. Les Eaux de Chanel plonge dans un inconnu familier avec un fraîcheur sensorielle, immédiate et rémanente qui donne envie de prendre le large.

L'Eau Paris-Deauville

Si Deauville recèle un nombre vertigineux de symboles légendaires pour Chanel, Olivier Polge, parfumeur de Chanel,  décide d’éviter les inventaires olfactifs.

Paris-Deauville offre une immersion dans un vert amer et mordant. Une couleur qui saisit et oxygène le corps. On sent d’abord l’énergie vivifiante de l’écorce d’orange, du petit-grain et de la feuille de basilic, si aromatique. L’essence de rose et les notes jasminées se redressent de leur port de tête impeccable, assumant fièrement le cœur floral de la composition. Puis résonne le caractère tranché, vintage et chypré du patchouli.

 

Plus que la destination dans sa réalité propre, j’aimais l’idée que s’en font les citadins lorsqu’ils rêvent d’un week-end au vert. Ce n’est pas la campagne normande telle qu’elle existe que je cherchais à capturer mais plutôt la promesse d’une promenade au milieu des herbes hautes

Deauville, là où tout a commencé

Au printemps 1912, Deauville aimante l’attention de la jeune modiste Gabrielle Chanel.

La Belle Epoque est celle de l’éclosion des stations balnéaires et des sports de loisir en plein air. Deauville charme par son architecture anglo-normande, sa promenade en bord de plage et sa population aisée. Gabrielle Chanel y entre par la grande porte au bras de Boy Capel, joueur anglais de polo devenu son amant et dont elle est follement éprise. Deux ans plus tôt, avec son soutien, elle a ouvert sa boutique de chapeaux à Paris et rêve d’en installer une seconde. Deauville sera son écrin dès 1913.

Rapidement, le regard aiguisé de la créatrice et de la femme avide de liberté comprend qu’il faut briser les carcans des élégantes, corsetées, entravées par des robes étroites à traînes et des coiffes compliquées. C’est ici à Deauville qu’elle imagine ses premières silhouettes en jersey. Ici aussi, elle développe son goût pour le vestiaire masculin, si élégant et si pratique. Ses inspirations ? Elle les puise dans la garde-robe de Capel, sur le dos des garçons d’écurie et des joueurs de polo dans les allées des hippodromes, auprès des pêcheurs et même dans les vents marins qui ne demandent qu’à soulever des étoffes plus légères.

En bord de mer, cette amoureuse du soleil observe les baigneuses, enfermées dans d’improbables tenues de bain. Bientôt, elle leur offira de fluides pyjamas de plage et des maillots fonctionnels, des pantalons à pont et des marinières confortables et d’une allure folle. Le beige du sable deviendra l’une de ses couleurs favorites.

Insoumise, anticonformiste, Gabrielle laisse sa peau hâler, pense à couper ses cheveux, s’amuse aux terrasses des cafés, dans les restaurants, applaudit aux spectacles de la danseuse Loie Fuller et des ballets russes, pour qui elle dessinera plus tard des costumes et qu’elle soutiendra de toute son âme. Sa boutique de la rue Gontaut-Biron ne désemplit pas. Les femmes désirentses sweaters de maille, envient ses tenues pleines de simplicité et de chic désinvolte. Gabrielle Chanel vient d’inventer la mode sportive.

La créatrice a senti les mutations à venir d’une société dans laquelle les femmes veulent prendre une  nouvelle plage.

Une histoire racontée dans la websérie Inside Chanel, à voir ci-dessous.