Menu

CINQ UNIVERS THEMATIQUES

 

Ancré dans le territoire de la ville, les Franciscaines se veut rattachée à son patrimoine culturel. Assez naturellement, cinq thèmes dominants ont été retenus pour structurer le parcours du visiteur dans les galeries situées au dessus du cloître et de la cour des expositions temporaires. Ils sont tous liés à l’identité culturelle de la ville. Ces thématiques se déploient dans  des « univers ». Dans ces galeries aux décors enveloppants, court un long ruban de la connaissance, dont les boucles abritent des espaces de lecture, de co-working, de projection, d’écoute, d’échange. A chaque thème - cinq au total - s’ajuste un univers propre, signifié dans l’espace par un travail spécifique sur les couleurs et les caractéristiques scénographiques. 

L'esprit au galop

 

 

 

 

Il n’y a rien de plus identitaire à Deauville que la culture du cheval. Plutôt qu’un facteur, le cheval est un vrai acteur de la vie locale. On vit avec lui, de lui, pour lui, sur lui aussi. Une grande partie de l’économie de la ville lui est consacrée.  Avec ses deux hippodromes, son centre d'entraînement, sa salle des ventes de Yearlings et son complexe dédié aux sports équestres, la ville reste structurellement liée au cheval. La galerie des Franciscaines qui lui est consacrée, accueille un fonds exceptionnel, sans cesse enrichi. Des collectionneurs font régulièrement des dons à la Ville de Deauville. Grâce à leur générosité et à une politique d’acquisition, le fonds « cheval » présenté aux Franciscaines est déjà l’un des fonds référents en France, reconnu par la B.n.F Ouvrages, films, revues… : toutes les ressources possibles sont rassemblées dans une galerie aux allures de haras pour adeptes des crinières.

D'amour et Deauville

L’esprit au galop Haut lieu de villégiature, station balnéaire mythique, Deauville doit sa réputation mondiale à la beauté de son site, de sa plage, de ses villas, et aux rituels de sa vie sociale et mondaine depuis le 19è siècle.
Le patrimoine Deauvillais, incarné par ses grands hôtels, ses villas de bord de mer, ses planches, sa piscine, ses hippodromes…, se rattache aussi à une dimension immatérielle. La vie culturelle et mondaine qui y a pris place depuis le début du 19è siècle, l’imaginaire romanesque que la ville n’a cessé de déployer dans l’histoire de la littérature, du cinéma ou de la chanson, constituent les traces d’une histoire riche et mythique, dont témoignent les collections rassemblées.
 

En scène

Si Deauville est associée depuis sa création aux courses, au polo ou aux ventes de chevaux, elle rayonne et attire aussi dès sa création, écrivains, peintres, photographes... Ils ont puisé ici une inspiration influencée par la mer, la lumière, et l’atmosphère de la ville. De nombreuses histoires se sont jouées sur Les Planches, au casino, aux courses et sur la Place de la Potinière, lieu de rassemblement des Années Folles. Peintures, caricatures, écrits, photographies restent et racontent l’histoire de ce « merveilleux fouilli-fouilla ». Cet esprit créatif inspire aujourd’hui à Deauville une politique culturelle très volontariste, jalonnée de grands festivals. Le célèbre Festival du Cinéma Américain, mais aussi le festival de création photographique « Planche(s) Contact », seul festival en France à s'appuyer sur des commandes publiques et donc une production artistique propre à Deauville, ou le festival littéraire « Livres & musiques », qui chaque année au printemps met à l’honneur les écrivains inspirés par la musique, les festivals de musique « Aout musical » et le « Festival de Pâques » sont les jalons d’un dynamisme culturel qui se décline désormais douze mois sur douze.

Art de vivre

La réputation de la ville de Deauville procède beaucoup de l’idée que chacun se fait de sa douceur de vivre. Son site exceptionnel, ses équipements sportifs, son climat accueillant, expliquent sa puissance d’attraction, fatale. Chacun y trouve la possibilité d’une île de plaisirs : flânerie sur les planches, courses de chevaux, matches de polo, tournois de golf et de tennis, régates, restaurants de fruits de mer… A Deauville, chacun peut composer le menu de son séjour. Le bien-être et la détente font aussi partie d’un patrimoine culturel. La Ville de Deauville aime le cultiver ; c’est sa raison d’être.

Little Franciscaines

La Ville de Deauville mesure le poids de la jeunesse et l’urgence de répondre à ses attentes, à ses usages et à ses pratiques culturelles renouvelées.
L’attention portée à la jeunesse s’incarne par exemple dans le programme d’engagement très fort mené auprès des jeunes lecteurs lors du festival « Livres et Musiques », à travers un prix littéraire rassemblant près de 3000 collégiens et lycéens, des journées scolaires, des activités dédiées, un chèque-lire…
Une galerie au sein des Franciscaines prouve l’attachement à cet horizon de la jeunesse. Le jeune public pourra y découvrir des ressources ajustées à ses désirs. La médiathèque sera aussi un outil primordial participant à son émancipation. Le fonds de 70 000 documents (dont 40 000 ouvrages/livres catalogués, 7 000 CD,  2 000 DVD, une ludothèque – actuellement accessibles en ligne) – permettra au jeune public de se sentir comme chez lui aux Franciscaines, voire mieux que chez lui.
Par ailleurs, les plus « geek » d’entre les jeunes auront accès à un Fab Lab, espace de création numérique, équipé notamment d’une imprimante 3D, d’une découpe laser, d’un espace robotique…. Une manière d’accueillir aussi la culture des « makers », qui ne cesse de se développer en France et à Deauville, en particulier chez les jeunes..