Menu

Sylvain Couzinet-Jacques

Photographe jeune talent du festival Planche(s) Contact 2012

© Sylvain Couzinet-Jacques pour Planche(s) Contact 2012
© Sylvain Couzinet-Jacques pour Planche(s) Contact 2012
© Sylvain Couzinet-Jacques pour Planche(s) Contact 2012
© Sylvain Couzinet-Jacques pour Planche(s) Contact 2012

General Motors

" En 2008 je suis parti photographier le sud des États-Unis pendant plusieurs mois. L’aura mythologique et visuelle dont s’entoure la représentation de l’Amérique, qui tient autant d’un imaginaire collectif que personnel, est devenue le sujet de mes photographies.Les recherches que j’ai opérées se sont focalisées sur le décentrement et l’incapacité d’affirmer une vision univoque d’un monde. L’opacité ou la duplicité des photographies les rendent incertaines et instables.À Deauville j’ai retrouvé des résonances de l’Amérique. J’avais déjà opéré un parallèle entre les voitures et le glissement des images – metaphorai en grec signifie littéralement « un transport ») – dans mon projet américain ; j’ai décidé de photographier les voitures d’un club automobile durant la résidence. Ces voitures sportives et puissantes, dont les moteurs se calculent en chevaux, me semblaient alors une parfaite métaphore d’une vision disruptive – via rupta signifie « la route » – et associaient par glissement la figure des chevaux qui tient une place importante dans cette ville normande. Ailleurs, j’ai cherché encore une fois l’Amérique, moins dans son histoire guerrière en Normandie qu’avec le festival de cinéma américain qui a lieu dans la ville. À nouveau, les images se dérobaient à leur définition, fuyaient leur contingence au Réel, se transportaient immanquablement dans un régime fictionnel et littéralement imagé.La pièce que je présente – General motors – évoque cette quête de définition par l’image d’une ville qui se fait dans l’espace mouvant de l’imaginaire, ainsi que cette coloration américaine qui me poursuit depuis plusieurs années."