French Dutch English German Spanish

Menu

Vincent Delerm

Auteur, compositeur, interprète

© Vincent Delerm, pour Planche(s) Contact 2018, Deauville
© Vincent Delerm, pour Planche(s) Contact 2018, Deauville

Deauville est une fête

Vincent Delerm est auteur, compositeur et interprète.

Il a publié 6 albums chez tôt Ou tard, la sortie de chacun étant suivie d’une longue tournée en France : « Vincent Delerm » (2002), « Kensington square » (2004), « Les piqûres d'araignée » (2006), « Quinze Chansons » (2008), « Les Amants parallèles » (2013) – album très cinématographique dont le spectacle de la tournée l’accompagnant avait été mis en scène par le scénographe Aurélien Bory - et « A présent » (2016) pour lequel la tournée s’est achevée en novembre 2017.

Vincent Delerm créé en 2011 au Théâtre des Bouffes du Nord (Paris) le spectacle théâtral et musical « Memory », qu’il écrit et met en scène avec la complicité artistique de Macha Makeïeff et la participation vocale et amicale de Woody Allen. Il jouera ce spectacle dans toute la France en 2012 et 2013.

Il écrit aussi pour la jeunesse (le livre musical « Léonard a une sensibilité de gauche » - 2011 - dont il confie la narration à Jean Rochefort) et pour le théâtre (« Le fait d'habiter Bagnolet » jouée en 2004 et 2005 au Théâtre du Rond Point à Paris).

Vincent Delerm est également photographe et a publié plusieurs ouvrages de textes et photos : « 23 janvier-18 juillet 2009 » (2009), « Probablement » (2011) et plus récemment (2016) « L’été sans fin », « C’est un lieu qui existe encore » et « Songwriting » (Actes Sud-Papiers).

Son travail photographique a fait régulièrement l’objet d’expositions.

En septembre 2013 il expose au CentQuatre à Paris avec la création « Ce(s)-jour(s) là », une installation littéraire, photographique et vidéo autour du geste et du moment du vote.

Les photographies de ses 3 derniers livres parus en 2016 ont été exposées à la Cité de la Musique (avril 2017) dans le cadre d’une création musicale et photographique intitulée « Photographies », aux Francofolies de la Rochelle (juillet 2017) et à la Criée à Marseille (novembre 2017).

Enfin une exposition d’une soixantaine de ses photographies en grand format, « Etre(s) », a été présentée au Zénith de Paris entre mai 2017 et janvier 2018.

Vincent Delerm à propos de son exposition Deauville est une fête
"Il y a quinze ans, je me souviens avoir interprêté un soir à Deauville la chanson "Deauville sans Trintignant". 
C'était dans la salle Elie de Brignac (la salle de vente des yearlings) alors forcément ça sentait un peu le foin et le cheval. 
La vie de tournée réserve souvent ce genre de moments insolites. 
Une salle de concert perdue au milieu d'une forêt, un Espace Culturel adossé à un centre commercial, une loge dont les fenêtres donnent sur la mer. 
A tel point qu'au bout de trois tournées, en 2008, j'ai décidé d'emporter systématiquement un Minolta argentique reçu pour mes vingt ans, et dont je n'avais pas fait grand chose jusqu'alors. 
Afin de garder la trace. De pouvoir mieux raconter après-coup "comment c'était". 
J'ai donc commencé à photographier la vie de spectacle, les trajets, les salles de concert l'après-midi, les villes traversées au petit matin et, de fil en aiguilles, j'ai commencé à photographié la vie tout court. 
Certainement est-ce la seule chose qui m'intéresse vraiment, que ce soit en écrivant des chansons ou en photographiant : donner à voir, à ressentir la vie. 
Je suis réellement très fier d'avoir reçu cette proposition de festival Planche(s) Contact. 
Elle me touche d'autant plus qu'en tant que (Haut-) Normand, Deauville est liée à mes premiers souvenirs de plage, d'arrivée sur la mer depuis les hauteurs et à un charme un peu étrange qu'enfant je n'arrivais pas totalement à cerner. 
Je ne suis pas certain de parvenir à percer ce mystère, ni d'en avoir l'envie, mais la perspective de passer du temps à photographier Deauville puis à m'y trouver à l'occasion du prochain festival me red tout simplement très heureux !
Vive Trintignant, vive le foin et vive la photographie !
"