French Dutch English German Spanish

Menu

Bernard Descamps

Photographe invité au Festival Planche(s) Contact en 2016

La plage © Bernard Descamps, Deauville, 2016
Deauville Travelling plage © Bernard Descamps, Deauville, 2016

Deauville-travelling-plage

Bernard Descamps signe sa première publication en 1974, dans la revue suisse Camera. Il expose l’année suivante avec Bernard Plossu, Bruno et Kuligowski, à la Bibliothèque nationale de France, dans une exposition organisée par Jean-Claude Lemagny. S’en suivront une série d’expositions collectives et personnelles, en France et à l’étranger, notamment : en 1976 avec André Kertész au musée de Leverkusen (Allemagne), en 1978 au centre Georges Pompidou pour une exposition personnelle, et en 1983 pour Sahara, une exposition présentée galerie Agathe Gaillard à Paris.
En 1986, il fait partie des membres fondateurs de l’agence VU. Huit ans plus tard il fonde aux côtés de Françoise Huguier les Rencontres de la photographie africaine de Bamako.
Ses travaux ont récemment été exposés à l’hôtel de Sauroy lors d’une rétrospective présentée à l’automne 2015, ayant donné lieu à la parution d’un nouveau livre, Où sont passés nos rêves ? (éd. Filigranes).  
Bernard Descamps est représenté par les galeries Camera Obscura, Paris et la Box galerie, Bruxelles.

A Deauville dans le cadre du festival Planche(s) Contact

Maître de la photographie noir et blanc, Bernard Descamps aime les courbes des plages et des déserts, les ciels d’oiseaux et les lumières balnéaires. Depuis les années 80, avec un sens unique du cadrage et de la composition, Bernard Descamps utilise le format carré qui épure et recompose les paysages d’Afrique, les rues de Tokyo ou les plages du Nord en hiver.
A Deauville il a repris sa posture préférée, celle du photographe voyageur qui marche longuement et arpente la plage et la ville, ses espaces vides ou investis, la semaine et le week-end. C’est ainsi qu’il la révèle, en nuances et dans toutes ses lumières.
 

Bernard Descamps à propos de son exposition Deauville-travelling-plage

" "A Deauville, un dimanche
Sous la pluie, sur les planches, 
Elle s'avance à côté
D'un homme plus âgé. 
Il ne dit presque rien
A Deauville, ce matin. 
Il promène sur la plage
Son deuxième mariage
"...

Ainsi débute la chanson Deauville sans Trintignant de Vincent Delerm. 

Voici une première photographie : celle d'un couple un peu triste sur les planches mouillées de Deauville...
C'est ainsi que j'aime photographier. Etre là, flâner, regarder, écouter, me faire oublier, parcourir les lieux; avec la curiosité comme principal moteur, suivre les événements très ordinaires qui font le quotidien d'une plage, attendre que l'ordinaire bascule vers l'inattendu, la belle surprise, et tenter de la fixer, d'arrêter le temps... quelle ambition ! Tenter d'attraper ces petits bonheurs qui font les bonnes photographies. Celles qui portent une petite émotion, comme le fait une chanson. Les photographies de ce travelling incessant sur les planches de Deauville doivent être chantonnées... de préférence à voix basse..
."