French Dutch English German Spanish

Menu

Charlotte Gainsbourg

Présidente du Jury du 47e Festival Cinéma Américain

"Etre de la par­tie depuis 38 ans et pour­tant tou­jours aus­si… bou­le­ver­sée, ren­ver­sée, éton­née, cho­quée, apeu­rée, ter­ri­fiée, amu­sée, atten­drie… c’est bien que le ciné­ma a une magie que per­sonne ne sau­rait expli­quer tout à fait." Char­lotte Gainsbourg

Si l’audace pou­vait prendre chair à l’écran, elle pour­rait sans nul doute s’incarner en Char­lotte Gains­bourg. Actrice du risque, de la déli­ca­tesse effron­tée, Char­lotte Gains­bourg a bâti son jeu sur la faille et l’authenticité. Char­lotte Gains­bourg se lance dans les films par un grand saut dans le vide, avec le risque che­villé au corps. Claude Mil­ler, Lars von Trier, Riad Sat­touf ou Gas­par Noé l’ont bien com­pris en lui pro­po­sant des rôles dan­ge­reux où elle s’engage au ser­vice du film sans filet et sans filtre.

Char­lotte Gains­bourg c’est aus­si bien sûr une voix, une voix qui susurre, une voix qui mur­mure, mais sur­tout une voix qui ose et qui défie : Jacques Doillon, Ber­trand Blier, Yvan Attal, Benoît Jac­quot… et tant d’autres ont su déce­ler la puis­sance trou­blante de son rythme et de sa musi­ca­li­té sin­gu­lière. Der­rière sa fra­gi­li­té mélan­co­lique se cache une ama­zone du ciné­ma : cha­cun de ses rôles est comme une cas­cade où elle engage toute sa per­sonne avec une timi­di­té témé­raire. D’autres réa­li­sa­teurs sont allés cher­cher chez elle une part sombre et envoû­tante comme Ale­jan­dro Gonzá­lez Iñár­ri­tu, Oli­vier Nakache et Éric Tole­da­no, Wim Wen­ders ou encore Arnaud Des­ple­chin, d’autres le trouble comme David Bay­ley, Eric Rochant ou Fran­co Zef­fi­rel­li ; et c’est sans nul doute son amour de Billy Wil­der qui l’aura vu jouer chez Michel Blanc, Danièle Thomp­son et prendre la comé­die à bras-le-corps encore. Elle a le don de faire affleu­rer, quel que soit le type de rôles, la grâce, ce vacille­ment de l’âme que cherchent tous les grands cinéastes.

Timide, le scan­dale ne l’intimide pas. Popu­laire, elle explore les marges. Ins­tinc­tive, elle admire la maî­trise. En anglais ou en fran­çais, drôle ou mélan­co­lique, comé­dienne, musi­cienne et désor­mais réa­li­sa­trice elle cultive ses ambi­guï­tés et ses paradoxes.