Menu

Valentina Ghiringhelli

Photographe jeune talent du festival Planche(s) Contact 2012

© Valentina Ghiringhelli pour Planche(s) Contact 2012
© Valentina Ghiringhelli pour Planche(s) Contact 2012
© Valentina Ghiringhelli pour Planche(s) Contact 2012
© Valentina Ghiringhelli pour Planche(s) Contact 2012

Paradis artificiels

« Que tu viennes du ciel ou de l’enfer, qu’importe,Ô beauté ! monstre énorme, effrayant, ingénu !Si ton œil, ton souris, ton pied, m’ouvrent la porteD’un infini que j’aime et n’ai jamais connu ? » Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal

" Inspirée par Baudelaire et Les Paradis artificiels, mon projet veut montrer que les lieux de soirée et de divertissement nocturne sont remplis de bonheur artificiel et illusoire.C ’est de jour que j’ai pris ces photos dans des discothèques et clubs de Deauville, quand ils sont vides et éclairés par une lumière ambiante. Quand le silence remplace la confusion et le vide de la foule, quand leur force d’évasion est cachée, avant qu’ils ne se transforment, le soir venu, en paradis artificiels.Mon but n’est pas de critiquer ces lieux de façon radicale mais plutôt de souligner une vérité que nous nous cachons :nous devons, chacun, nous détacher de la réalité quotidienne. Certains d’entre nous ont besoin de la nuit, de la foule, du sentiment de liberté et de vide, afin d’être ce que nous voulons réellement être. Parfois nous avons besoin de ce paradis privé, le temps d’une nuit."