Liz Hingley

Photographe invitée au festival Planche(s) Contact en 2018

© Liz Hingley, pour Planche(s) Contact 2018, Deauville

La Chatonnière de Deauville

Liz Hingley est une photographe et anthropologue anglaise dont le travail est au croisement d’un parcours scolaire académique et d’une pratique artistique personnelle. Les migrations, l’habitat et les comportements urbains contemporains sont des thèmes qu’elle aborde de manière récurrente dans ses projets, souvent transdisciplinaires. Elle est actuellement en résidence au Département Géographie Humaine de l’Université de Londres et professeure invitée de la bourse de recherche de Birmingham.

Liz Hingley a publié plusieurs ouvrages dont Under Gods, une histoire de la Soho Road (Dewi Lewis, 2010), Shangaï (Collection Portraits de Ville, éditions Be-Pôles), Home Made in Smethwick (Multistory, 2016) et Shanghai Sacred (Washington University Press, 2018). Son travail a été récompensé à de nombreuses reprises et notamment par le Prix Photophilanthropy, le Prix Virginia and le Getty Editorial Grant.

Liz Hingley à propos de son exposition La Chatonnière de Deauville
"Deauville est façonnée par et pour le loisir : les trois quarts des maisons de cette ville en bord de mer sont des résidences secondaire. Il s'agit d'un lieu propice à oublier nos emplois du temps ordinaires et à tomber hors du temps. La plage, les bateaux, l'hippodrome et les villas, qui ressemblent à des châteaux de contes de fées, font écho aux jeux de l'enfance. 
A Deauville, un passage piéton relie la seule crèche à la seule résidence de personnes âgées. L'une accueille des enfants de 3 mois à 3 ans, l'autre des personnes de 60 à 95 ans. Ces deux lieux de vie organisent leurs journées sur le même rythme : manger, dormir, loisirs, à l'image du caractère tranquille de la ville. 
Interpellée par la proximité de ces deux générations, Liz Hingley, anthropologue et photographe anglaise, a créé un espace de rencontre au bout de la même rue, à la Chatonnière. Cet immeuble est marqué par les strates du temps ; les portes grinçantes, la peinture écaillée et les carreaux fêlés résonnent encore de la vie des deux vieilles dames qui vivaient là avec leurs nombreux chats. La Chatonnière est ainsi devenue lieu d'échanges et de jeux spontanés. Les photographies qui en découlent sont le reflet poétique de ces deux âges de la vie.
"

Liz Hingley remercie la productrice Anna Schwaz pour la traduction et sa créativité, la crèche et le foyer Jacques Letarouilly pour leur soutien et imagination, la ville de Deauville pour sa foi en l'art.