Menu

Voir le contenu de ce mail en ligne
23 avril 2020
INDEAUVILLE : UNE ORGANISATION COLLECTIVE
POUR PREPARER LA RELANCE TOURISTIQUE

Le mot "relance" n’aura de sens que si les énergies sont fédérées.
Aussi, lundi 20 avril, à l’initiative de Philippe Augier, Président de la SPL inDeauville et Maire de Deauville, les acteurs du tourisme du territoire se sont retrouvés pour jeter les bases d’une organisation dont l’objectif est de repenser l’activité touristique entre juillet et décembre 2020. Si les conditions du déconfinement restent encore incertaines - phases et contraintes sanitaires associées – les opérateurs touristiques ont confirmé leur volonté de se donner les moyens d’apporter les bonnes réponses aux visiteurs pour l’après 11 mai et la fameuse "envie de revivre mais en toute sécurité", nouveau paradigme d’une société sous Covid-19. Sur un socle de valeurs communes qu’il s’agira d’affirmer encore plus fortement, des groupes de travail, animés par la SPL inDeauville vont réfléchir à de nouvelles façons de séduire les voyageurs puis de les accueillir. Cinq axes structurent le plan de relance.
Tous les acteurs présents ont décidé de la création de dix groupes de travail : sports & loisirs, hébergement, restauration, bien-être, tourisme d’affaires, cheval, événementiel charte éthique, commerces & artisanat, coordination sécurité publique.

Un encadrement sanitaire fiable

L’environnement est anxiogène depuis le 16 mars mais les protocoles sanitaires constituent un cadre de travail possible lorsqu’ils sont adaptés à chaque secteur de l’économie.
Les groupes de travail par filières touristiques qui se constituent localement auront pour mission de mettre en commun leurs réflexions, interrogations, idées sur l’organisation de l’après confinement, à partir du 11 mai puis de juillet.
Comment fera-t-on dans les hôtels, les restaurants, aux courses ou sur nos plages ?Comment pourrons nous rassurer ceux qui ont envie de venir sur les conditions sanitaires de leurs vacances ou de leur week-end ?
Des room-services pour les petits déjeuners, de la vente en emporter, des aires publiques aménagées pour des déjeuners en plein air... des rendez-vous pour éviter la foule… Nos visiteurs attendront une réponse globale et fiable que les professionnels imaginent déjà et vont partager.
Aux protocoles et idées qui émergeront de ces groupes, s’ajouteront toutes les mesures territoriales liées aux déplacements, à la propreté ou à la régulation des flux dans les espaces publics.
Cet ensemble permettra non seulement de constituer une charte sanitaire territoriale explicite pour des visiteurs qui vont privilégier les territoires les mieux préparés et surtout d’imaginer comment nous pouvons répondre aux aspirations de la société de l’après Covid-19.

Des week-ends et des vacances qui ont du sens

- Voyager moins mais mieux
- Se déplacer pour plus longtemps mais moins souvent
- Privilégier sa famille
- Vivre en proximité avec l’identité des territoires, avoir plus de liens avec les locaux
- Consommer local
- Découvrir un territoire si besoin avec l’aide d’un expert
- Donner du sens à ses vacancesEntrer en connexion avec la nature
Ces tendances annoncées par nombre d’experts du tourisme ou sociologues confirment les choix fait par inDeauville a sa création de promouvoir un tourisme de partage, source de progrès pour tous. Sur cette même ligne, les groupes de travail feront émerger de nouvelles façons de vivre le territoire : pratiquer un yoga en famille sur la plage, déjeuner dans un parc, découvrir un chemin de randonnée au petit matin...

Christian Delom, secrétaire général d’A World for Travel décrit bien ces tendances qui se dessinaient déjà avant la crise et qui vont être confortées > lire l'article de l'Echo touristique.

Une charte éthique

La crise du Covid-19 change l’ordre des priorités pour les visiteurs qui feront encore plus de choix de consommation en pleine conscience, privilégiant des vacances éthiques. Le territoire entend en faire une priorité 2020 en fédérant le secteur du tourisme autour d’engagements communs pour un environnement de qualité et un tourisme durable. De multiples initiatives ont été prises dans les entreprises de tourisme du territoire. Des expériences sont menées. Les collectivités ont beaucoup avancé aussi : gestion durable de leur patrimoine désormais protégé, gestion durable de la qualité des eaux de baignade, campagne de sensibilisation pour la propreté des plages, constructions durables… il manque aujourd’hui un affichage clair et commun à tous de notre rapport à l’environnement.

Un calendrier d’événements

Autre élément clé de l’attractivité, le calendrier des événements 2020 est à reconstruire de façon concertée entre organisateurs mais aussi avec les hébergeurs et restaurateurs, tous interdépendants. Un groupe de travail va faire le lien entre tous pour proposer une articulation juste et équilibrée de l’année.

Un plan de communication et promotion revu

Le territoire recevra en 2020 beaucoup moins de visiteurs étrangers. Il a en revanche l’opportunité de capter un tourisme français plus important puisque déjà 46% des français qui avaient prévu de partir à l’étranger resteront en France (36% s’interrogent encore).
Les cibles prioritaires sont désormais situées dans des zones de proximité : région, région proche, Paris, Belgique et Pays Bas.
Aussi le plan de promotion devra se ré-organiser vers ces cibles touristiques prioritaires et la mise en avant de ces nouveaux dispositifs.

Une implication permanente dans les instances régionales et nationales

Les pouvoirs publics sont déterminés à accompagner la crise sans précédent que le tourisme va subir dans les prochains mois. Philippe Augier est en lien régulier avec les équipes techniques des ministères et Ministres pour faire part des besoins de notre territoire. Avec les Maires de stations balnéaires, il travaille avec Jean-Baptiste Lemoyne, Secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, pour avancer sur la reprise des activités. Des collaborations de crise se sont organisées aussi avec France Congrès qu’il préside, l’Union des Métiers de l’Evénementiel, l’Union des Métiers de l’Industrie Hôtelière, le syndicat des casinotiers et l’association des stations classées. C’est dans une grande proximité avec le Préfet que sont abordés tous les problèmes liés à la sécurité sanitaire du territoire.

Aux aides sans précédent de l’Etat s’ajoutent désormais celles de la Région Normandie qui fait un travail important pour accompagner toutes les entreprises.
La C.C.I. Seine Estuaire envisage la création d’un bureau unique pour aider les entreprises à aller chercher toutes les subventions à leur disposition.
Il appartient désormais au Maire de chaque commune d’ajouter les mesures qu’il pourra prendre pour soutenir l’effort national.
A Deauville, la Ville :
- ne facturera pas les droits de terrasse pendant les temps de fermeture
- prolongera la validité du pass parking autant qu’il le faudra
- prévoit de faire voter par le Conseil la non-facturation des loyers des murs appartenant à la Ville de Deauville pendant la durée de fermeture
La Communauté de Communes Cœur Côte Fleurie prévoit de faire voter la non-facturation de la redevance des ordures ménagères pendant la durée de fermeture des commerces.
Ont participé aux travaux :
Pour la Ville de Deauville : Philippe Augier, Guillaume Capard, Laurent Bellenger, Audrey Gadenne.
Pour la SPL inDeauville : Karine Cozien, Delphine Barré
Pour la Communauté de Communes Cœur Côte Fleurie : Marc Bourhis, David Revert
Pour le groupe Barrière : David Parré
Pour l’U.M.I.H : Yann France et Sandrine Montier
Pour l’ACAPARS et l’Hippodrome de Clairefontaine : Axelle Maître
Pour l’U.C.I.A.D : Charly Brauer, absent, mais qui avait adressé une note très complète sur le sujet.
Pour le C.I.D : Carine Fouquier
Pour l’hippodrome de Deauville-La Touques et France Galop : Franck Lemestre et Jean d’Indy
Pour le Pôle internatinal du Cheval Longines Deauville : Antoine Sinniger
Pour la Thalasso de Deauville : Stéphanie Hardy
Pour les commerçants et activités de loisirs : Frédéric Torres
Pour les Franciscaines : Caroline Clémensat, Valérie Busseuil
Pour l’office de tourisme de Trouville-sur-Mer : Sophie Millet
La collecte de vos informations personnelles est réalisée par la SPL territoire de Deauville pour son usage propre et exclusif. Cette inscription fait l'objet d'une déclaration auprès de la CNIL (Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés). En conformité avec la loi Informatique et Liberté ainsi que du RGPD, vous disposez d'un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour l'exercer, envoyez un e-mail à communication@indeauville.fr