French Dutch English German Spanish

Menu

Visiter le centre historique de Touques

Circuit Pédestre

Touques est l’une des plus anciennes villes du Pays d’Auge et a conservé tout son patrimoine exceptionnel avec ses maisons typiques, de la grande rue à ses cinq Monuments classés.

Distance :

2 km
Visite de Touques - L'église Saint-Pierre
L'existence de cette église est mentionnée dès 1026 dans un acte de Richard II, mais l’édifice, conservé aujourd’hui, ne peut remonter au-delà des années 1070-1080. L’église actuelle a, sans doute, succédé à un édifice plus ancien. Elle dépendait des évêques de Lisieux. Aux XIe et XIIe siècles, Touques était un important port, situé non loin de la résidence ducale de Bonneville-sur-Touques, ce qui explique probablement l’importance de l’édifice.

Extérieurement, la tour lanterne a la particularité d'être octogonal, alors qu'ordinairement elle est carrée.
A l'intérieur, l’église présente une nef romane restaurée, datant des environs de 1100 ans, réduite à deux travées au XVIIe siècle. La croisée du transept conserve des chapiteaux aux beaux décors : quadrupèdes, serpents, têtes plates. Les arcades de la croisée, ornées de becs d’oiseaux, soutiennent une tour-lanterne octogonale érigée après 1125. Le chœur, désaxé par rapport à la nef, est couvert d’une voûte en berceau supportée par un arc doubleau, fait assez rare en Normandie à l’époque romane.

Désaffectée à la révolution, elle fût désacralisée en 1790. Elle servit de dépôts de mobilier, de matériel de pompiers et même de pétrole. Dans les années 1920, elle servit de salle de spectacles (des gradins y seront aménagés). Aujourd'hui, c'est un espace culturel : concerts et expositions s'y succèdent.
Place Saint-pierre
TOUQUES
Visite de Touques - L'église Saint-Thomas
Inscrite au titre des monuments historiques depuis 1926, l'église Saint-Thomas de Touques a été énormément remaniée depuis sa construction au XIIe siècle, et ne conserve plus d'origine que sa tour clocher (haut de 21 mètres), surmontée d'une flèche octogonale néo-gothique ajoutée après la réfection du clocher en 1870. on peut y admirer le groupe sculpté Saint Joseph et l’enfant Jésus qui sont « objets classés » depuis 1977 et les 5 verrières sont inscrites à l’inventaire général du patrimoine culturel depuis 1994.

L'église présente une nef romane, transformée aux XIVe, XVIIe et XIXe, un chœur gothique, entièrement reconstruit pendant la guerre de Cent Ans, et un portail Louis XIII.
Le chœur abrite une ancienne ouverture destinée aux lépreux de la maladrerie de Saint-Marc et un vitrail de son saint patron.

L’église porte le nom Saint Thomas en référence à Thomas Becket, archevêque de Canterburry après son passage à Touques. Thomas Becket était au service du roi Henri II Plantagenêt comme chancelier d’Angleterre. Suite à sa nomination d’archevêque, il renonce à son rôle de chancelier et s’oppose publiquement au roi. Thomas Becket fut assassiné dans sa cathédrale en 1170. Il sera canonisé en 1173. A l'intérieur de l'église, un vitrail représente son assassinat.
Place Foch
TOUQUES
Visite de Touques - Le Quartier des Arts et le presbytère de l'église
Construit en 1783, le Presbytère de l’église Saint-Pierre ne tiendra pas longtemps sa fonction puisqu’en 1791 l’église est désacralisée.
Les deux paroisses touquaises, eurent chacune leur église et leur curé. L’une au nord du ruisseau des ouïes et l’autre au sud. Elles furent réunies, et une seule église fût conservée pour le culte. Le choix se porta sur l’église Saint-Thomas.
Récemment, la Commune a acquis ce Presbytère et l’a reconverti. Il accueille désormais, tout au long de l’année, des artistes et leurs expositions-vente.
Ce bâtiment, à l’historique méconnu, sait se distinguer, grâce à de nombreuses particularités architecturales qui font tout son charme : ses épis de faîtage, sa cheminée en damier de briques et de pierres, ses portes et fenêtres en bois sculpté, son rez-de-chaussée en pierre contrastant avec l’étage en bois ainsi que l’oeil de boeuf sur le pignon.

Aujourd'hui, le Quartier des Arts est un vrai lieu de vie artistique où quatre ateliers de céramistes et deux galeries se sont installés constituant un univers créatif ouvert à l’année. Les artisans et artistes des ateliers d’art peuvent ainsi mettre en pratique leur spécialité en travaillant sur place, sous le regard du public. Toutes les activités artistiques sont les bienvenues pour faire de ce quartier un véritable pôle dédié à la création. Une sélection de pièces uniques et de séries limitées contemporaines originales et inédites, révélatrice de tendances y sont présentées selon une thématique qui change tous les deux mois. Des créations issues directement des ateliers d’artisans, designers et artistes. A découvrir de mars à décembre.
Place Saint-Pierre
TOUQUES
Visite de Touques - Les halles du marché
Les vieilles Halles du XVème siècle, autrefois parallèles de la grande rue, ont été détruites en 1910.
Elles avaient fière allure, avec leur double nef et leurs 11 travées. Elles abritaient le marché hebdomadaire et les trois foires annuelles de Touques, preuve s’il en est besoin du dynamisme commercial de la Ville, cinq siècles durant.
A partir du XIXème, le Préfet du Calvados intime l’ordre d’abattre les trop vieilles et superbes halles dont les Touquais étaient si fiers.
Il faudra attendre 1996, lors du réaménagement de la place pour que Touques retrouve sa halle.
Plus petite que les précédentes, elle sera agrandie en 2017. Elle accueille trois fois par semaine le marché, ainsi que différentes manifestations tout au long de l’année.
Place Lemercier
TOUQUES
Visite de Touques - Le manoir du grenier à sel
Situé au fond de la cour, visible depuis la rue Louvel et Brière, le manoir du Grenier à sel a été construit au milieu du XVIIème siècle. Il est inscrit au titre des monuments historiques depuis 1969.
Au XIIIe siècle, Touques comptait cinquante-deux salines et se manoir servait à abriter l'administration de la gabelle, taxe sur le sel abolie à la Révolution, après quoi le manoir devient la première mairie.
Sa façade mêlant pierre de Caen, silex blanc et silex noir, son toit à forte pente, son imposante cheminée et ses chaînages de pierre sont typiques du style architectural Louis XIII.
Les bâtiments sont édifiés le long du Douet Mont blanc devenu Ruisseau des Ouïes ce qui permettait aux barques chargées de sel de remonter jusqu’au magasin.
Dans le Manoir, officiaient et logeaient un contrôleur des salines et un commis aux quêtes, tous deux employés de la Ferme Générale. Ils étaient en charge de surveiller la production des sauniers et de recouvrer pour le roi les taxes sur le sel appelées Gabelle. Le magasin attenant au Manoir, ouvert 2 jours par semaine, fournissait les habitants et certains commerces des 40 communes environnantes. Le grenier à sel servait à entreposer le sel et les officiers y surveillaient les quantités produites et mises sur le marché. C’est dans ces lieux que se sont tenus les premiers conseils municipaux de la Commune.
47 Rue Louvel et Brière
TOUQUES
Visite de Touques - Le lavoir
En remontant la rue Schaeffer depuis le rue Louvel et Brière, on peut découvrir un charmant lavoir installé le long du ruisseau des ouïes (autrefois douai Mont Blanc). Au Moyen-Age, les lavoirs étaient nombreux à Touques car il permettait notamment d'y laver son linge. Aujourd'hui, il ne reste plus que celui-là et celui de la place Foch, que les habitants aiment à appeler la place du lavoir.
Rue Schaeffer
TOUQUES
Visite de Touques - La mairie
Située derrière les halles du marché, la mairie date de 1914 et est au coeur du centre historique de Touques.
L’imposant bâtiment est de type Néoclassique, dominé par son horloge monumentale et soutenu par de superbes colonnades.
7 Place Lemercier
TOUQUES
Visite de Touques - Les maisons augeronnes du centre médiéval
Tout au long de la rue Louvel et Brière, des rues et passages adjacents, on peut admirer de nombreuses maisons à pans de bois qui conservent leur caractère typiquement Augeron à Touques.
Cette organisation de l’habitat vient sans doute de l’installation progressive de maisons et de fermes sous la haute tutelle du château de Bonneville-sur-Touques, la puissante forteresse qui fit la gloire et la renommée du lieu.
Dans les petites agglomérations médiévales, les voies n’excédaient généralement pas quatre ou cinq mètres de large.
En l’absence d’un véritable plan d’urbanisme, les ruelles, impasses, venelles, passages sous maisons (comme celui-ci qui mène du lavoir aux halles) proliféraient, créant un enchevêtrement labyrinthique.
La forêt proche fournissait le matériau de construction le plus facile à mettre en œuvre et le moins cher. En Pays d’Auge, le pan de bois est employé dans toutes les catégories de construction, du simple bâtiment d’exploitation agricole au logis noble en passant par la demeure urbaine. Les édifices en briques coexistent car il y avait plusieurs briquetteries dans les alentours.
Rue Louvel et Brière
TOUQUES