Menu

OBSERVER LA NATURE AU MARAIS DE BLONVILLE-VILLERS

Situé entre Villers-sur-mer et Blonville-sur-mer, le marais de Blonville-Villers de 110 hectares de prairies humides, de canaux et de fossés est d’une grande richesse écologique. Malgré sa proximité avec la mer, il s’agit d’un marais d’eau douce alimenté par les cours d’eau qui viennent des coteaux alentours.

© Ph. J. Thieser
© Pixabay

Le marais est un espace aménagé par l’homme. Avant le Moyen-Age, ce lieu était une vaste roselière d’eau douce protégée de la mer par un cordon de dunes. Puis les hommes ont creusé des canaux pour drainer les terres. Les parcelles ainsi délimitées ont servi au maraîchage, à la culture de céréales
et surtout à la pâture. Cette occupation humaine a créé un milieu d’une belle richesse écologique. Aujourd’hui, cet espace est classé comme Zone Naturelle d’Intérêt Faunistique et Floristique.

Résidents permanents ou de passage vers leur lieu de reproduction (au printemps) ou d’hivernage (en automne), plus d’une quarantaine d’espèces d’oiseaux apprécient ce milieu qui leur fournit abri et nourriture. Plutôt le matin ou en fin de journée, il est possible de les observer et/ou de les entendre. La cime des peupliers a été spécialement aménagée pour permettre aux cigognes de s'installer et de nicher. On y observe également des espèces nationalement protégées d’amphibiens.
Refuge de plantes protégées en Normandie, tel que le Myriophylle verticillé ou le Vulpin bulbeux, la particularité du marais réside aussi en la présence d’espèces aquatiques et d’espèces de berge.

Les visites et balades nature inDeauville

L'agenda ici

DECOUVRIR LES DIFFERENTES ESPECES ANIMALES ET FLORALES DU MARAIS


Depuis 1975 du côté de Villers-sur-mer, un plan d'eau aménagé avec des aires de jeux, des bancs, des terrains de pétanque et un service de location de cycles, et près de 5 km de sentiers accueillent les promeneurs et les cavaliers.

UN MARAIS QUI VIT EN TOUTES SAISONS

Le pâturage et la fauche
La diversité du marais réside des pratiques agricoles qui s’y déroulent. Le pâturage permet, par le passage des vaches, de garder des niveaux de végétation basse favorables aux nombreux oiseaux. En marchant dans des zones humides, les bovins ouvrent le sol avec leurs sabots et déterrent des insectes qui pourront être consommés par les oiseaux. De même, les bouses sont des mets de choix pour d’autres insectes. En hiver, les vaches rentrent à l’étable. Le marais est souvent inondé et l’herbe ne pousse plus. Les vaches continuent néanmoins à se nourrir de l’herbe du marais grâce au foin récolté l’été. La fauche se fait à partir de juillet afin de permettre aux oiseaux de nicher.

Les 3 fonctions d’une zone humide
- hydrologique > Les zones humides contribuent à l’amélioration de la qualité de l’eau : elles ont un pouvoir épurateur, jouant le rôle de filtre physique (elles favorisent les dépôts de sédiments y compris le piégeage d’éléments toxiques tels que les métaux lourds, les matières en suspension...) et biologique. Elles régulent aussi les régimes hydrologiques : comme des éponges, elles "absorbent" momentanément l’excès d’eau de pluie pour le restituer progressivement, lors de périodes de sécheresse, dans le milieu naturel (fleuves et rivières situés en aval). Elles diminuent ainsi l’intensité des crues et soutiennent les débits des cours d’eau en période de basses eaux.
- biologique > Les zones humides constituent un fabuleux réservoir de biodiversité, offrant aux espèces animales et végétales les fonctions essentielles à la vie des organismes : l’alimentation (concentration d’éléments nutritifs) ; la reproduction grâce aux ressources alimentaires variées et à la diversité des habitats ; la fonction de refuge et de repos notamment pour les poissons et les oiseaux.
- climatique > Les zones humides participent à la régulation des microclimats : les précipitations et la température atmosphérique peuvent être influencées localement par les phénomènes d’évaporation intense d’eau au travers des terrains et de la végétation qui caractérisent les zones humides.

 

Sources : Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie.

L'espace d'interprètation du marais est au Paléospace l'Odyssée En savoir plus le Paléospace l'Odyssée