Menu

Les 400 coups, premier film de la nouvelle vague

Un travelling célèbre dans l'histoire du cinema

Les 400 coups, le premier film de François Truffaut est sans conteste possible le film le plus important de la Nouvelle Vague avec A bout de souffle de Jean-Luc Godard. C'est aussi le premier film de Jean-Pierre Léaud (regardez aussi son essai pour le film ci-dessous), 14 ans à l'époque, qui incarne le rôle d'Antoine Doinel qu'il représentera à quatre autres reprises sous la direction de son mentor.  Antoine Doinel, c'est évidemment François Truffaut. Dans Les 400 Coups, il raconte son enfance difficile, ses relations tumultueuses avec ses parents divorcés et ses petits larcins qui l'enverront dans un centre pour délinquants mineurs. Le film se passe essentiellement à Paris. Mais le centre pour délinquants mineurs se trouve en province et occupe les dernières séquences du film. Le tournage se déroulera au Moulin d'Andé dans l'Eure où François Truffaut reviendra pour Jules et Jim. Mais c'est à Villers-sur-Mer, sur la plage au pied des falaises des Vaches Noires que se déroule la fameuse scène finale du film que tous les cinéphiles du monde entier ont en tête. Cette scène est tournée quelques jours avant Noël 1958 dans un anonymat complet.  Dans le film, Jean-Pierre Léaud profite d'un match de football pour s'évader du centre pour délinquants et court vers la mer. Le travelling démarre dans la campagne, puis le gamin arrive sur la plage, descend un escalier et court vers la mer, met les pieds dans l'eau, se retourne et lance un regard caméra qui se fige sur le mot Fin. C'est un coup de maître pour le réalisateur qui signe un film majeur sur l'adolescence. Il est présenté à Cannes en compétition en mai 1959 où il suscite l'enthousiasme et reçoit le prix de la mise en scène. 

D'une route de campagne à la plage

Un gars gouailleur : l'essai du jeune Léaud pour les 400 coups

Le film dans le détail

Réalisation : François Truffaut. Son assistant est Philippe de Broca, futur réalisateur de "L'homme de Rio".
Scénario : François Truffaut.
Dialogues : Marcel Moussy
Photographe : Henri Decae.
Musique : Jean Constantin.
Société de production : les films du Carrosse que François Truffaut fonde avec l'argent de ses beaux-parents. Mais ses parerents se fâcheront avec lui, à la sortie du film, estimant être caricaturés.
Le film sort au cinéma le 3 juin 1959 et cumule en quelques jours 450 000 spectateurs.
Dans les rôles principaux : Jean-Pierre Léaud, Claire Maurier, Albert Remy... On aperçoit dans le film les amis de François Truffaut faire les figurants. Parmi eux : Jean-Claude Brialy, Jeanne Moreau et François Truffaut lui-même en fervent admirateur d'Alfred Hitchcock. On entend également les voix de Jean-Luc Godard et de Jean-Paul Belmondo.