Menu

Résidence chorégraphique à Deauville
exposition photos

La ville de Deauville est attachée au socle d’une politique culturelle définie par une double volonté : la transmission et le soutien. La transmission de la culture à un vaste public, via des expositions, des collections progressivement constituées, des médiations multiples. Le soutien à la création, par des outils d’accompagnement des artistes dans leur travail, à l’image des résidences. La « culture pour tous » a un sens à Deauville. Le désir qui a présidé à la naissance du projet des Franciscaines procède d’abord et avant tout de cette croyance dans la nécessité d’ouvrir au plus large public possible la culture sous toutes ses formes. Une culture comprise autant comme le lieu de la création la plus exigeante – les arts plastiques, le spectacle vivant, les répertoires musicaux (classique, jazz, chanson), le cinéma, la photographie, la littérature… -, mais aussi comme le lieu d’une expérience partagée, y compris à propos de pratiques culturelles considérées comme moins nobles, associées à l’art de vivre, qui donnent tout son sens à un vrai espace public, inclusif et actif.
A cette volonté d’ouvrir la culture, de décloisonner ses frontières, de désacraliser ses rites et ses dogmes, le projet culturel des Franciscaines ajuste une stratégie de programmation transversale : les trois directeurs de programmation pensent ensemble, dans une vraie interaction, les expositions, et leurs prolongements dans les espaces.
Les Franciscaines affiche une ambition large, qui excède son programme artistique : devenir un lieu de vie, c’est à dire un lieu où le visiteur se sent comme chez lui. Dans un espace où l’accès facilité à la connaissance et à la surprise se vit comme une intensification de la vie elle-même, où la rencontre avec des œuvres de l’esprit, où la fréquentation de visiteurs, transforment sensiblement chacun.

A quel objectif répond le projet des Franciscaines pour la ville de Deauville ?
 
On veut donner la possibilité aux habitants de Deauville et de la région d’avoir accès à une vie culturelle de manière permanente. Grâce à un musée, à une médiathèque et à des lieux d’exposition, tous abrités dans le bâtiment, on peut être certain qu’il se passera toujours quelque chose à Deauville. Cette vie culturelle sera ouverte à tous les habitants, mais aussi à tous ceux qui, venant le week-end, ont une résidence secondaire sur place. Pour satisfaire cet objectif d’un large accès aux œuvres de l’esprit, on a donc voulu créer ce lieu culturel permanent.
 
En quoi la culture vous semble-t-elle un enjeu central de toute politique publique, nationale, et locale ?
 
Pour moi, la culture est un élément essentiel de la vie en société. Pour des raisons multiples. C’est un élément central de l’éducation, de repère dans sa propre histoire mais aussi d’ouverture sur les autres cultures. Comprendre les autres à travers la connaissance de leur culture, c’est primordial. Outre l’éducation, c’est un ciment social, un élément de partage. Et c’est aussi un élément d’attractivité très fort. Nous vivons à Deauville de l’économie touristique : les touristes ont envie d’avoir accès à des « produits » du savoir. Quand ils viennent sur un territoire, ils veulent connaître son histoire, les hommes et les femmes qui ont fait ce territoire,  connaître ce qui a été créé dans ce territoire. Il est important de faire de la culture un élément clé d’attractivité.
La ville accueille déjà de nombreux festivals.
 
Quelle place occuperont les Franciscaines dans ce paysage des festivités culturelles ?
 
L’aspect essentiel renvoie à cette spécificité d’un lieu de vie culturelle permanente : à tout moment, on pourra y aller pour se nourrir culturellement, et pour découvrir des expositions temporaires. C’est la vraie spécificité des Franciscaines : être un lieu pérenne par rapport à tous les festivals existants. Le Festival du cinéma américain, créé avant que j’arrive, mais aussi tous les autres festivals que nous avons créés ces dernières années : deux festivals de musique classique, un festival de photo, un festival du livre. L’année est ponctuée d’événements culturels et les Franciscaines seront le lieu permanent de la vie culturelle.