UN SALON QUI COLLE AUX TENDANCES

5 grandes tendances culinaires :
- La fin du gaspillage alimentaire : fruits et légumes moches, utilisation de la tige à la racine dans la cuisine, le zéro gâchis.
- Un consommateur conscient de ce qu’il mange : la provenance des aliments, la traçabilité des animaux, la pêche durable, les techniques d’agriculture et d’élevage employées et des produits transformés au minimum (succès du bio, agriculture raisonnée, circuits courts, street food varié et diététiquement sain…).
- Manger local séduit et rassure les français : le Made in France est pour 60% des français un gage de qualité.
- La confiance en la tradition, revisitée : les consommateurs recherchent le réconfort de formulations, saveurs et formats d’antan remis au goût du jour, la sécurité des produits qui sont reconnaissables plutôt que révolutionnaires.
- Le retour du plaisir de cuisiner et le pari gagnant des ateliers cuisine : à l’heure du "mangez bien, mangez sain", les ateliers cuisine se sont hissés au rang de véritable tendance et ont conquis les plus gourmands (Les kits à cuisiner, les chefs à domicile, …).

6 grandes tendances de consommation de vin :
- Des vins faciles à boire, toute l’année : Les consommateurs à la recherche principalement de vins digestes et buvables, "Fruité, facile à boire, souple".
- Les vins "hors de France" suscitent un véritable intérêt : Les vins américains, italiens ou espagnols notamment, titillent la curiosité des amateurs de vin. L'attrait des consommateurs pour les vins du nouveau monde tient bien sûr à leur caractère exotique. Boire ces vins, c'est un peu "goûter" ces pays lointains.
- Quelques incontournables vins du Nouveau Monde: le Chardonnay de Nouvelle-Zélande, le Pinotage d’Afrique du Sud, les Mendoza d’Argentine, les Cabernet Sauvignon de la Napa Valley (Californie, USA), les Syrah d’Australie.
- Vive les cocktails : une mode lancée autour du cocktail Spritz, mixant du prosecco, de l’Aperol et de l’eau gazeuse, les cocktails à base de rosé, les vins effervescents.
- Engouement pour les vins de vignerons qui souhaitent travailler autrement : certains vignerons souhaitent travailler hors décret d’AOP. Ils passent beaucoup de temps à expliquer leur démarche et le pourquoi du comment cette cuvée spéciale finit en vin de pays ou en vin de France et non en AOP, valorisée autour des 15€. Ces vins sont souvent considérés par les amateurs comme des "petites pépites" qui en appellation auraient sûrement valu bien plus.
- Les appellations qui ont le vent en poupe : Pic-saint-loup, faugères, crozes-hermitage et vacqueyras…